J'ai trouvé un oisillon, que faire?

May 20, 2018

Vous avez trouvé un oisillon? Que faire?

 

 

 

Vous venez de trouver un oisillon tombé de son nid, dans la mesure du possible il aurait fallut le laisser dans la nature, ses parents ne sont probablement pas loin et viendront le récupérer. Bien sûr, si sa vie n'avait pas été en danger car des prédateurs rodent et menacent sa survie, dans ce cas il vaut mieux le ramasser avec des gants, le déposer dans une boite en carton et le mettre en hauteur et à l’ombre, afin qu’un de ses parents le trouve (Les oisillons en duvet ou peu emplumés, tombés du nid bien trop tôt, doivent être replacés dans leur nid si ce dernier est intact, sans abimer le nid sinon il sera abandonné!!).. S’il s’est blessé en tombant ou semble abandonné (c'est rarement le cas, sauf si vous avez vu le chat de la maison manger les parents!!!). Pour un oisillon, tomber du nid fait partie des aléas de la vie d'oiseau ! Il n'est pas rare qu'un petit téméraire s'aventure rapidement hors du nid et chute. Il quitte régulièrement le nid sans savoir voler, en essayant de suivre leurs parents qui cherchent des aliments. Il se retrouve alors au sol où nous sommes susceptibles de les trouver. Parce qu'ils poussent de petits cris plaintifs, on peut croire qu'ils ont été abandonnés. En réalité, les parents se trouvent la plupart du temps aux alentours, à la recherche de nourriture.

 

 

L'installer chez soi

 

Si vous l'avez ramené chez vous, installez-le dans un petit panier, une boîte à chaussures ou une boite de beurre, dont le fond sera tapissé de papier absorbant ou de serviettes en papier pour un nettoyage facile. (Évitez les tissus car les griffes peuvent se coincer dans les boucles.)

Déposez le nid de remplacement dans un carton pour l'isoler de l'entourage. Placez l'ensemble près d'une source de chaleur (lampe, bouilloire, radiateur) ou avec une bouillotte de fortune (emballé dans du papier absorbant (pas de contact direct afin d’éviter les brûlures) petite bouteille d’eau chaude, gant en plastique noué rempli d’eau chaude, à changer régulièrement), surtout si l'oisillon est nu.

 

 

Bien l’identifier pour pouvoir bien le nourrir :

 

 

On distingue quatre types d'oisillons :

  • les nidifuges : dès leur naissance, ils ont les yeux ouverts, sont couverts de duvet, sont actifs et sont capables de quitter le nid au bout d'un jour ou deux. C'est le cas par exemple des canards, des limicoles, des gallinacés, des grues ou des grèbes ;

  • les semi-nidifuges (yeux ouverts, couverts de duvet, séjournant au nid bien que capables de marcher) : c'est le cas par exemple des flamants, des labbes ou des goélands ;

  • les semi-nidicoles (yeux fermés ou ouverts, peu ou pas de duvet, incapables de quitter le nid). C'est le cas par exemple des pétrels, des puffins, des hérons, des rapaces ;

  • les nidicoles (yeux fermés, peu ou pas de duvet, incapables de quitter le nid pendant quelque temps). C'est le cas par exemple des pélicans, des fous, des cormorans, des pigeons, des perroquets, des pics, des huppes et des passereaux.

 

 

Identifier les très jeunes oisillons de certaines espèces

Voici ci-dessous les descriptions d’oisillons de six espèces fréquentes dans les villes et les jardins peu après leur éclosion : savoir les reconnaître est utile pour les aider plus efficacement. 

 

 

Oisillon de Merle noir (Turdus merula)

 

Description : espèce nidicole. Duvet assez long mais clairsemé gris fauve couvrant le dos et la tête. Gosier jaune. Commissures blanc jaunâtre.

Période de dépendance : les deux parents prennent soin des oisillons qui séjournent 12 à 19 jours dans le nid. Ensuite, les parents les nourrissent encore durant environ trois semaines.

 

 

Oisillon de Rougegorge familier (Erithacus rubecula)

 Description : espèce nidicole. Duvet long et assez épais gris noirâtre couvrant la tête et le dos. Gosier jaune. Commissures jaune pâle.

Période de dépendance : le couple prend soin des oisillons que la femelle couve durant les premiers jours. Le mâle ravitaille la famille. Les petits restent au nid de 12 à 15 jours. Le mâle se charge seul de l'élevage des oisillons issus d'une seconde couvée si celle-ci débute avant l'émancipation des jeunes précédents.

 

 

Oisillon d'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) 

 

Description : espèce nidicole. Duvet assez long et abondant, grisâtre. Gosier jaune vif. Commissures jaune pâle.

Période de dépendance : les deux parents nourrissent les oisillons qui demeurent 20 à 22 jours dans le nid. Après l'envol, ils dépendent encore des adultes qu'ils suivent en réclamant de la nourriture.

 

 

Oisillon de Mésange charbonnière (Parus major)

Description : espèce nidicole. Duvet gris sur la tête et sur la partie supérieure du dos, plus fourni sur la tête. Gosier orange. Commissures jaune pâle.

Période de dépendance : les deux parents prennent soin des oisillons, dont les yeux s'ouvrent à huit ou neuf jours. Ils quittent le nid au bout de 16 à 22 jours 

 

 

Oisillon de Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

 

Description : espèce nidicole. Duvet blanc grisâtre, court et clairsemé sur la tête et sur les épaules. Les premières plumes gris-bleutées sur les ailes aident à reconnaître l’espèce. Gosier rouge-orange terne, commissures jaune pâle.

Période de dépendance : les deux parents s'occupent des oisillons, qui restent 15 à 23 jours dans le nid.

 

Oisillon de Moineau domestique (Passer domesticus)

 

Description : espèce nidicole. Nu. Gosier jaune rosâtre. Commissures jaune pâle.

Période de dépendance : les deux parents nourrissent les oisillons dans le nid durant 15 jours.

 

 

 

 

Nourrir des oisillons

 

L'hydratation:

 

La plupart des poussins que l’on récupère sont déshydratés et sous-alimentés. Il faudra les réhydrater avant de leur donner à manger. Pour vérifier le degré de déshydratation, vous pouvez regarder l'intérieur de leur bec : s'il est humide, c'est que tout va bien. Un oiseau déshydraté a en outre, généralement la peau rougeâtre. Vous pouvez soulever doucement la peau de son dos ou de son cou, elle devrait retourner à sa position initiale dès vous la lâchez.

Il ne faut jamais mettre de force du liquide dans le bec d'un oisillon car il y a un risque de pneumonie ou même de noyade. Le mieux est de donner un régime riche en eau, trempez-y votre doigt et faites tomber des gouttes dans le bec. Vous pouvez aussi utiliser un compte-gouttes ou une petite seringue.

 

 

Il ne faut pas prendre l'oiseau dans la main pour le nourrir et l'hydrater, sauf si c'est absolument nécessaire, et en tout cas, il ne faut pas le tenir par son dos. Il ne faut pas non plus verser de liquide directement dans la gorge : il suffit d’en déposer un peu sur le bout du bec et le laisser descendre par capillarité. Enfin, il faut veiller à ne pas mettre d'eau dans les narines.

 

 

Nourrir des oisillons d'insectivores:

 

Quand on veut nourrir un oisillon, il est utile de reconnaître l'espèce, et en particulier de savoir s'il s'agit d'une espèce insectivore (merles, grives, rouge-gorges, troglodytes, rouge-queues, hirondelles...) ou granivore (verdier, pinson, serin, tarin...) : mais quand ils sont très petits, leurs besoins alimentaires sont très proches et doivent être riches en protéines. De plus, ces poussins sont indiscernables. Ainsi, si vous n'êtes pas sûr que le poussin recueilli soit bien celui d'une espèce granivore, donnez un régime pour insectivores, plus riche en protéines.

 

 

 

Recette maison: Les croquettes pour chats ou pour chiens bien imbibées d'eau sont aussi conseillées : il s'agit en effet d'une nourriture riche en protéines et lipides facile à se procurer, au poulet ou au boeuf. Les bouillons de poulet pour chats sont aussi intéressants.

 Pour les oisillons nus d'insectivores, vous pouvez les gaver à l'aide payée mélangée à de l'eau de type pâtée diététique "Prescription Diet A/D de Hill’s » pour chats et chiens : elle est très riche en protéines et donne de bons résultats.

Quand l'oisillon grandira, ajoutez graduellement des vers finement découpés, des sauterelles, des grillons et d'autres insectes. 

 

Un exemple de recette pour un oisillon d'étourneau

 Utilisez de la nourriture humide pour chat en s’assurant que le poulet ou le boeuf est bien l’ingrédient principal. Mélangez une tasse d'aliment, un quart de tasse de compote de pommes, un œuf dur, des vitamines pour oiseaux (en respectant le dosage), environ 750 mg de calcium réduit en poudre dissout dans un peu d'eau. Mélangez tous les ingrédients en ajoutant suffisamment d'eau pour que la consistance soit celle d’un gruau (préparation de céréales) cuit.

Ce mélange peut être séparé en portions et congelé. Il ne faut le laisser à température ambiante plus d’une heure ou deux car il peut tourner. 

 

 

Nourrir des oisillons de granivores

 

Les moineaux, les pinsons ou les verdiers sont des espèces granivores. Les jeunes ouvrent leurs yeux quand ils ont entre trois et cinq jours et ils quittent le nid entre 14 et 21 jours. Les adultes possèdent dans leur gésier des particules dures qui les aident à digérer les graines. Le régime idéal pour leurs poussins sera composé de 21 à 30 % de protéines brutes, 2 à 3 % de matières grasses, et 6 à 12 % de fibres. Il est proche de celui des oisillons d'insectivores, et vous pourrez aussi leur donner des aliments pour chats et chiens mélangés à du jaune d’œuf.

Ajouter un peu d’eau pour faciliter l’ingestion.

Il est aussi possible de créer une ration soi-même : dans une tasse, mélangez de la farine de maïs, de la farine d'avoine et du jaune d'œuf dur émietté; 

 

 

Nourrir des oisillons de frugivore

 

Pour des oisillons d'espèces exclusivement frugivores (rares en Europe), des baies (raisins, groseilles, mures.) coupées en petits morceaux doivent aussi être données en plus d'un régime de base riche en protéines.

 

 

Jeunes oiseaux sevrés

 

Les poussins de Moineaux domestiques sevrés vont commencer à ramasser et à manger de petites graines et de la nourriture pour chiens. Dans le cas d'un étourneau, si le jeune mange par lui-même depuis environ trois semaines, il pourra recevoir une alimentation pour adulte.

 

Comment les nourrir ?

 

Les aliments doivent être à température ambiante. L'oiseau doit être nourri à la main: au doigt, ou à l'aide d'une seringue, d'une « touillette », d'un bâtonnet de glace, d'une paille coupée ou d'une pince. Le manche d'une cuillère en plastique est surtout utile pour les oiseaux plus âgés. Il faut éviter les petits objets pointus comme les cure-dents. Quand l’oisillon ne réclame pas de lui-même, placez une main sur le dos de l'oisillon et sur les ailes, levez-lui la tête et appuyez légèrement à la base du bec pour lui signaler qu'il est temps de se nourrir.  Sinon lui déposer les aliments dans le bec une fois ouvert! Placez une petite quantité de nourriture dans son bec en faisant attention de ne pas percer le fond de sa gorge. Limitez les manipulations au strict minimum.

 

 

À quel rythme ?

 

Le rythme de nourrissage des oisillons dépend de leur âge mais aussi des sources : une distribution toutes les heures est en général suffisante. Un jeune avec toutes ses plumes peut passer jusqu'à deux heures sans se nourrir.

Vous pouvez nourrir des oisillons autant qu’ils le demandent, en évitant la suralimentation : ils s’arrêtent de mendier quand ils n’ont plus faim et arrêtent d'ouvrir le bec tout en agitant les ailes.

Les oisillons dorment toute la nuit et n'ont donc pas besoin d'être nourris mais ils doivent être alimentés avant la nuit et dès que vous vous réveillez.

 

Chez les petits de granivores (fringilles, columbidés), il faut attendre que le jabot soit vide avant de les nourrir à nouveau.

 

Jusqu'à quel âge ?

 

Quand les plumes commencent à pousser ou/et quand l'oisillon se pose sur les bords de sa boîte pour recevoir sa nourriture, c’est qu’il est temps de le mettre dans une cage, la plus grande possible.

Lorsque l’oisillon aura environ quatre semaines (dans le cas de l'Étourneau sansonnet, mais c'est un repère valable pour plusieurs espèces), vous pouvez commencer à placer de la nourriture dans un petit récipient tout en continuant à le nourrir à la main. C'est aussi le bon moment pour placer un récipient rempli d'eau.

Même lorsque l'oisillon commence à manger seul, il faut continuer à le nourrir à la main jusqu'à ce qu'il soit complètement sevré, à environ six à huit semaines, voire plus. Une fois sevré, un oiseau préfère se nourrir seul et ne mange presque plus à la main.

Avant d'être relâché, il faut que toutes ses plumes soient entièrement développées, y compris celles de la queue, les dernières à pousser. Faites d'abord des essais chez vous : une moustiquaire placée à l’extérieur, par exemple sous un porche, serait idéale. Relâchez-le si possible dans une zone riche en nourriture où vivent d’autres individus de la même espèce.

 

 

Malgré tous vos efforts, il faut avoir en tête qu'un pourcentage élevé d'oisillons meure (c'est aussi d'ailleurs le cas d'une forte proportion de jeunes dans la nature).

Toutefois, si un oiseau est blessé, afin d'éviter tout geste irréparable, il est indispensable de contacter le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage le plus proche. LPO NANCY : 03 83 28 71 77  http://www.lpo-meurthe-et-moselle.fr

 

 

 

Comment reconnaitre les oiseaux de nos jardins:

http://www.oisillon.net/fr/apprendre-reconnaitre-oiseaux-de-jardin

 

 

Fiche technique:

 

Sources/Extraits/Photos: 

http://www.faune-lorraine.org/index.php?m_id=1

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/nourrir-oisillon-recueilli-00027.html

https://www.lpo.fr/actualites/ne-ramassons-pas-les-oisillons-tombes-du-nid

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/nourrir-oisillon-recueilli-00027.html

http://lunivers-des-animaux.e-monsite.com/pages/les-oiseaux/turdides/le-rouge-gorge-familier.html

https://www.acropro.ch/la-mesange-charbonniere-parus-major.html

http://www.ornithomedia.com/pratique/identification/identifier-nids-oeufs-oiseaux-villes-jardins-00703.html

http://www.oisillon.net/fr/apprendre-reconnaitre-oiseaux-de-jardin

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/que-faire-pour-oisillon-tombe-nid-00330.html

 

Please reload

Posts récents

March 15, 2020

December 21, 2018

November 21, 2018

September 17, 2018

Please reload

Archives
Please reload

HEURES D'OUVERTURE
 

LUNDI - VENDREDI :  8H00-12H00    13H30-18H30

​                 SAMEDI :  8H00-12H00    13H30-16H00

 

CONSULTATION sur RDV

CLINIQUE VETERINAIRE DES EOLIENNES

ZAC du Breuil

Rue Victor Pierre

54450 BLAMONT

 

Tél: 03 83 42 46 18

Fax: 03 83 42 31 08

 

Mail: veto-blamont@wanadoo.fr

 

Pour toute urgence : composer le  03 83 42 46 18